Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Signature de convention entre le BIANCO et la GIZ

Signature de convention entre le BIANCO et la GIZ

Signature de convention entre le BIANCO et la GIZ, © GIZ

30.08.2018 - Article

Signature de convention entre le BIANCO et la GIZ

« Projet de renforcement des capacités du BIANCO dans la lutte contre la corruption dans les secteurs prioritaires »

                                                         Mardi 28 août 2018


Le gouvernement de la République fédérale d’Allemagne renforce son soutien dans la lutte contre la corruption à Madagascar à travers la GIZ. Cet appui allemand est cadré par la convention entre le gouvernement allemand et le gouvernement malgache relative à la coopération technique en date du 15 Novembre 2017 qui fait référence aux consultations intergouvernementales du 7-8 Décembre 2016.

Ainsi, la cérémonie de ce jour consiste en la confirmation de la partie allemande de son soutien au projet de « Renforcement des capacités du BIANCO dans la lutte contre la corruption dans les secteurs prioritaires ». Cet engagement est traduit par la signature de convention entre la GIZ et le Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO).

L’objectif du projet est de renforcer les capacités du BIANCO dans la prévention ainsi que dans la détection et l’investigation, notamment pour contribuer efficacement à la lutte contre la corruption dans les secteurs concernés par la coopération allemande au développement.

Le fonds alloué pour ce projet s’élève à hauteur 250 000 EUR pour l’effectivité de l’atteinte de résultats sous forme de trois indicateurs, à savoir :

1) Le BIANCO a renforcé ses capacités de détection et d’investigation en introduisant un système anonyme de dénonciation ;

 2) Le BIANCO a renforcé sa capacité de prévention en développant une analyse des risques de corruption incluant des recommandations de réforme axées sur les secteurs pertinents pour la coopération au développement allemande (principalement l'environnement, la décentralisation) ;

3) Les interfaces du BIANCO avec d'autres acteurs clés de la lutte contre la corruption (justice, médias, société civile) sont institutionnalisées et opérationnelles

Retour en haut de page